Multitasking chez les pilotes ?

Un Rafale de l'escadron de chasse "Gascogne" de St-Dizier en position d'observation lors d'un ravitaillement en vol.
Un Rafale de l’escadron de chasse “Gascogne” de St-Dizier en position d’observation lors d’un ravitaillement en vol.

Le grand avantage des technologies modernes, c’est qu’elles nous permettent de faire beaucoup plus de choses que par le passé. Le grand inconvénient des technologies modernes c’est qu’elles nous laissent penser que nous pouvons faire plus d’une chose à la fois. Cette scène, les citadins l’ont vécue cent fois : un piéton, les yeux rivés sur son téléphone marche vers son prochain rendez-vous et s’imagine que tout en lisant ses mails, il est capable d’éviter les personnes marchant en sens inverse. En réalité ce sont les autres qui l’évitent. Nous le savons tous et pourtant nous le faisons, persuadés qu’à force de nous entrainer à multi-tasker nous deviendrons meilleurs.

En tant qu’ancien pilote, je peux vous assurer que s’il existe un environnement dans lequel le multitask est banni, c’est celui des avions de chasse. Pourtant, le nombre de tâches à réaliser est inversement proportionnel au temps dévolu à leur exécution. Alors comment faire? Tout simplement en accordant toute l’attention nécessaire à l’accomplissement d’une action avant de passer à une autre. Et en faisant cela très vite. Lorsque j’étais élève à l’école de chasse, notre performance était appréciée selon plusieurs critères. Le plus important était la division de l’attention ; la capacité à accorder une attention égale à plusieurs évènements différents de façon à ne pas se focaliser sur un seul évènement et ignorer les autres avec tous les risques que cela suppose à près de 900 kmh. Continue reading “Multitasking chez les pilotes ?”